• philofil

Comment faire des économies en réfléchissant avant d’acheter : La méthode bisou

Chaque achat a un lourd coût écologique et on n’en est pas toujours conscient. De la production des matières premières à la vente en passant par la confection, de nombreuses étapes polluent…


Prenons l’exemple de la vie d’un jean :

Il se décompose en 8 étapes avec chacune sa pollution :


1- La culture du coton

  • Elle nécessite environ 10 000 litres d’eau pour la production d’1 kilo.

  • Elle représente environ 3% de la surface cultivée pour 25 % des insecticides.

  • Il est blanchi avec du Chlore

Conséquences :

=> Pollution des nappes phréatiques.

=> Trop grosse consommation d’eau dans des régions où il en manque.


2- La filature du coton

  • Il est transporté d’Australie, Afrique du Sud ou Amérique du Sud vers l’Asie

Conséquence :

=> Bilan carbone à ajouter


3- Fabrication des teintures et teinte

  • Celles-ci sont faites à partir de métaux lourds (plomb et chrome)

Conséquence :

=> Pollution des sols, des nappes phréatiques et surtout décès de ceux qui les manipulent sans précaution.


4- Tissage de la toile

  • En Amérique, Espagne, Chine ou Japon

Conséquence :

=> On alourdit un peu plus le bilan carbone


5- Et 6- Embellissement, découpe et couture

  • En Afrique du Nord ou en Chine

Conséquence :

=> Un peu de carbone en plus !


7- et 8- Vente aux 4 coins du monde d’abord en gros, puis en détails


=> Et se sont encore des millions de kilomètres parcourus.


thegoodgoods



Bien sûr, tout ce qu’on achète ne fait pas autant de kilomètres, mais aviez-vous pensé à tout ce que votre achat implique ? Sincèrement moi non 😬. Je vais regarder mes jeans d’un autre œil 😭 par contre, je ne vais pas les jeter, mais plutôt les user jusqu’au bout, les surcycler comme dans cet article et je choisirai avec plus de précaution le prochain !


Pour vos futurs achats, appliquez donc la méthode Bisous.



💋Et posez-vous ces 5 questions avant chaque achat:

B comme besoin: Ai-je réellement besoin de cet article ou bien j'ai juste envie de me l'offrir? Parfois les achats cachent juste un besoin à combler. En prendre conscience, permet souvent des achats inutiles. Pour éviter ce genre d’achats compulsifs, vous pouvez anticiper et chercher ce qui pourrait vous récompenser en cas de victoire ou vous remonter le moral en cas de blues qui ne s’achète pas : une balade, un bon film, un temps de méditation… et pourquoi pas un carré de chocolat sans emballage (ou pas 😉)

I comme immédiat: Est-ce que cet achat peut attendre? Si c'est le cas, attendez 😁. Peut-être que quelqu'un pourra vous en prêter un, ou que vous vous rendrez compte que vous n'en aviez pas réellement besoin.


S comme similaire : N’avez-vous pas déjà quelque chose qui ressemble ou qui pourrait servir à la même chose ?



O comme origine : D’où vient cet article ? Son bilan carbone est-il lourd ? (forcément si il vient de l’autre bout du monde) Ceux qui fabriquent cet objet sont-ils justement rémunérés ?

Le plus simple étant bien évidemment d’acheter chez un artisan local ou français 😁 (et oui, je prêche pour ma paroisse 😇)


U comme utile : Cet article est-il vraiment utile ? Nos maisons sont remplies d’accessoires dont on ne se sert pas ou au plus une fois par an…🙄

Pourquoi ne pas acheter certaines choses à plusieurs et se les prêter (une perceuse, des chaises pliantes, appareil à raclette…).


Connaissiez-vous cette méthode ? Allez-vous l’appliquer ?

Dîtes-moi en commentaire 😁.